Partenariats

PARTENARIATS

Partenariats

Les collaborations sont au cœur de la stratégie de Da Volterra car elles permettent d’accéder à des expertises et des financements supplémentaires pour faire progresser le développement de nos produits vers le marché.

Da Volterra est prête à conclure divers accords de partenariat autour de ses plateformes de recherche et son pipeline. De nombreux types de collaboration sont possibles : consortium de R&D, coopération universitaire, accord de co-développement industriel ou accord de licence.

Out / In-licensing

Nous avons l’intention de poursuivre la construction de notre pipeline et développer notre portefeuille de protecteurs du microbiote chez les patients atteints de cancers grâce aux idées innovantes de nos équipes de R&D.

Nous cherchons à conclure des accords de licence avec des sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques intéressées par le co-développement de nos produits pour lutter contre les conséquences de la dysbiose du microbiote intestinal et améliorer la santé des patients dans le monde entier.

Partenariats en cours

Banque européenne d’investissement

En juillet 2017, Da Volterra a signé un contrat de prêt à hauteur de 20 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement (BEI), destiné à soutenir le développement du programme DAV132.

Ce prêt s’inscrit dans le cadre du dispositif de financement européen de l’innovation InnovFin, une initiative lancée par la BEI en coopération avec la Commission européenne au titre du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union européenne.

Da Volterra a reçu ce prêt en deux temps : une première tranche de 12 millions d’euros en avril 2018 et la seconde pour 8 millions d’euros en février 2021.

COMBACTE-NET

Da Volterra a officiellement rejoint le consortium COMBACTE-NET en novembre 2016 et a pris la tête du Work Package 7. En 2020, Da Volterra est devenu leader de l’ensemble du consortium.

Dans le cadre du Work Package 7 de COMBACTE-NET, Da Volterra et ses partenaires mènent 2 études cliniques :
– Une étude observationnelle nommée ANTICIPATE (AssessmeNT of the Incidence of Clostridium difficile Infections in hospitalized Patients on Antibiotic Treatment) aujourd’hui achevée.
– Une étude interventionnelle de phase 3 nommée MICROCARE. MICROCARE est un essai clinique multicentrique randomisé, contrôlé par placebo, en groupes parallèles, visant à évaluer l’efficacité de DAV132 chez des patients nouvellement diagnostiqués avec une leucémie myéloïde aiguë ou un syndrome myélodysplasique à haut risque et traités avec une chimiothérapie intensive.

COMBACTE-NET bénéficie du support de l’Innovative Medicines Initiative (IMI) avec le contrat de subvention n° 115620 ; les ressources d’IMI sont composées de la contribution financière du septième programme-cadre de l’Union européenne (FP7/2007-2013) et de des entreprises de l’EFPIA.

Anciens partenariats

COMBACTE-CDI

Da Volterra a été partenaire du consortium COMBACTE-CDI qui a débuté en novembre 2017. Le projet visait à développer une compréhension détaillée de l’épidémiologie et de l’impact clinique des infections à Clostridioides difficile (ICD) à travers l’Europe.

Une vaste étude épidémiologique a été entreprise à travers l’Europe pour quantifier l’impact de l’ICD sur l’ensemble de l’économie des soins de santé.

COMBACTE-CDI a bénéficié du soutien de l’Innovative Medicines Initiative 2 avec le contrat de subvention n° 777362 ; les ressources d’IMI2 sont composées des contributions financières du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne et des entreprises de l’EFPIA.

BIOASTER

BIOASTER et Da Volterra ont signé un accord pour initier un partenariat de recherche dans le cadre du nouveau modèle économique des Instituts de Recherche Technologique (IRT).

Le projet, intitulé DACCAR, (Destroy Antibiotics in Colon to Combat Antibiotic Resistance), visait à développer un produit innovant limitant l’émergence de bactéries multi-résistantes chez les patients traités par des antibiotiques afin de protéger le microbiote intestinal des effets secondaires des antibiotiques. Un tel produit permettrait de minimiser la charge des infections nosocomiales et de maintenir l’efficacité des antibiotiques (notamment les carbapénèmes) en réduisant la propagation de la résistance aux antibiotiques.

TRAIN-ASAP

TRAIN-ASAP (Training and Research Aimed at Novel Antibacterial Solutions in Animals and People) faisait partie des réseaux de formation initiale Marie Curie financés au titre du 7ème programme-cadre de la Commission Européenne.

TRAIN-ASAP s’est penché sur le manque de médicaments antibactériens efficaces contre les bactéries résistantes qui constitue une menace sérieuse pour la santé humaine et a de lourdes conséquences économiques pour le système de santé.

Le projet était consacré à la formation scientifique et professionnelle de 14 chercheurs débutants dans le but de développer de nouvelles solutions antibactériennes pour les humains et les animaux. Le consortium comprenait 9 institutions académiques, 8 entreprises privées et 2 centres de recherche nationaux représentant 10 pays.