DAV132 Cancers digestifs

DAV132 pour les cancers digestifs

DAV132 Cancers digestifs

DAV132 : Une thérapie combinée pour les patients atteints de cancers digestifs

DAV132 est le premier produit de sa catégorie à protéger le microbiote. Il a déjà été démontré qu’il est sûr et qu’il préserve efficacement le microbiote intestinal de volontaires sains et de patients dans de multiples essais cliniques sans avoir d’impact sur l’efficacité clinique des traitements concomitants.

En parallèle avec d’autres indications en hémato-oncologie et immuno-oncologie, DAV132 est développé pour prévenir les diarrhées sévères tardives causées par l’irinotecan chez les patients atteints d’un cancer du pancréas ou d’un cancer colorectal. L’irinotecan est une chimiothérapie largement utilisée que l’on retrouve, par exemple, dans les régimes de chimiothérapie FOLFIRINOX et FOLFIRI. DAV132 agit dans le côlon en capturant l’irinotecan et son métabolite toxique, le SN38, pour réduire sa toxicité gastro-intestinale et donc augmenter la tolérance et l’efficacité du traitement.

DAV132 doit permettre d’améliorer la qualité de vie des patients et retarder la diminution de dose de la chimiothérapie ou l’arrêt de traitement qui réduirait les chances de survie du patient.

Mécanisme d’action de DAV132

  • Lorsqu’un patient souffrant d’un cancer digestif est traité avec l’irinotecan, des métabolites actifs de l’irinotecan atteignent le côlon et créent des lésions directes au niveau des cellules intestinales, entrainant une inflammation du côlon et un état de dysbiose du microbiote intestinal. Cela provoque chez ces patients des diarrhées sévères (grade ≥ 3) qui peuvent conduire à une réduction de la dose d’irinotecan administrée, voire à l’arrêt du traitement. Cela peut avoir un impact très important sur la qualité de vie mais aussi sur la survie des patients, dont le cancer est traité avec moins d’efficacité

En capturant de manière irréversible les résidus actifs de l’irinotecan dans le côlon, DAV132 réduit l’incidence et la sévérité des diarrhée sévères chez les patients sans affecter l’efficacité antitumorale de leur chimiothérapie. Ainsi, la chimiothérapie peut être donnée à sa dose optimale et n’est pas interrompue prématurément, augmentant les chances de survie des patients.

Pourquoi DAV32 est-il une opportunité unique pour les patients souffrant de cancers digestifs ?

DAV132 permet de répondre à un besoin médical important et non adressé : l’adénocarcinome du pancréas au stade métastatique est aujourd’hui considéré comme incurable et l’espérance de vie des patients est estimée entre 7 et 11 mois en moyenne. Dans cette population de patients, tout nouveau traitement augmentant la qualité de vie et la survie des patients aura un impact fort dans la prise en charge des malades. DAV132 apporterait donc un fort bénéfice clinique pour cette population de patients.