Dernière mise à jour d’une méta-analyse évaluant l’impact de la prise d’antibiotiques sur les résultats cliniques et la réponse au traitement des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules traités par des inhibiteurs des checkpoints immunitaires : réduction de la survie des patients et de la réponse au traitement

Dernière mise à jour d’une méta-analyse évaluant l’impact de la prise d’antibiotiques sur les résultats cliniques et la réponse au traitement des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules traités par des inhibiteurs des checkpoints immunitaires : réduction de la survie des patients et de la réponse au traitement


Retour vers la page actualités

Dernière mise à jour d’une méta-analyse évaluant l’impact de la prise d’antibiotiques sur les résultats cliniques et la réponse au traitement des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules traités par des inhibiteurs des checkpoints immunitaires : réduction de la survie des patients et de la réponse au traitement

L’équipe de Da Volterra est fière de présenter de nouveaux résultats publiés la semaine dernière à l’occasion du 36ème congrès annuel de la Society for Immunotherapy of Cancer (SITC), par le biais d’un poster intitulé « Systematic Review and Meta-Analysis Evaluating the Impact of Antibiotic Use on Survival Outcomes and Treatment Response of Non-Small-Cell Lung Cancer Patients Treated with Immune Checkpoint Inhibitors », qui a par ailleurs été discuté lors du point presse organisé le 10 novembre pour la session d’ouverture du congrès !

L’équipe de Da Volterra a analysé les données issues de 38 cohortes indépendantes (pour un total de 12 304 patients) afin de déterminer si la prise d’antibiotiques nuisait à la survie des patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) traités par des inhibiteurs des checkpoints immunitaires (ICI). Plusieurs paramètres ont été évalués avec attention : Le taux de réponse globale (ORR) et le taux de progression de la maladie (PD) ont été analysés à partir de 11 études, la survie sans progression (PFS) et la survie globale (OS) ont été étudiées à partir de données provenant respectivement de 29 et 36 cohortes indépendantes.

Les résultats ont confirmé que l’exposition aux antibiotiques aux alentours de l’initiation du traitement par ICI avait un impact délétère significatif sur tous les résultats cliniques, et notamment sur la réponse au traitement. Ce phénomène serait dû à une diminution de l’efficacité des immunothérapies après la perturbation du microbiote intestinal induite par les antibiotiques. Les Odds Ratios calculés sur l’ensemble des études pour ORR et PD étaient respectivement de 0.60 [Intervalle de confiance (IC) à 95% 0.37-0.95] et 1.99 [IC à 95% 1.45-2.7], reflétant une réponse au traitement altérée chez les patients ayant reçu des antibiotiques. De plus, les Hazard Ratios globaux pour OS et PFS étaient respectivement de 1.64 [IC à 95% 1.38-1.94] et 1.52 [IC à 95% 1.29-1.80], confirmant une diminution de la survie chez les patients ayant été exposés aux antibiotiques.

Les résultats de la méta-analyse ont également démontré que l’impact délétère de la prise d’antibiotiques était particulièrement prononcé lorsque les antibiotiques étaient pris peu avant ou peu après l’initiation du traitement par ICI, l’effet le plus important se produisant dans les deux mois précédant ou suivant le début du traitement par ICI.

Cette méta-analyse actualisée a confirmé et étendu les résultats précédemment rapportés, soulignant le besoin crucial de poursuivre les recherches dans ce domaine et de développer de nouveaux produits, comme DAV132, capables de protéger/moduler le microbiote intestinal afin de préserver l’efficacité des ICI.

Le poster présenté au SITC est disponible ici.